Identifier la nécessité d’une prise en charge psychique


Il n’est pas toujours facile de déterminer quand un enfant à besoin d’une aide extérieure. En effet, certains comportements, certaines habitudes préoccupantes peuvent s’installer progressivement chez l’enfant, et les rendre moins visibles à son entourage proche.


Ça n’est pas toujours le cas. Chez d’autres en effet, des comportements inhabituels surviennent brusquement et alertent immédiatement les adultes responsables de l’enfant.


Néanmoins, lorsque ces comportements nouveaux ou préoccupants viennent à se répéter ou à s’inscrire dans le temps, il est utile de prendre contact avec un psychothérapeute ou un psychanalyste. Celui-ci proposera alors un premier rendez-vous, qui pourra se dérouler avec ou sans les parents. Quel que soit le cas de figure, l’alliance établie entre le professionnel et les parents est capitale. L’enfant sera généralement reçu seul par la suite pour une durée qui variera en fonction de la problématique et de la souffrance de l’enfant. Si certains ont besoin d’un temps conséquent, pour d’autres, quelques séances suffisent à démêler les nœuds ayant généré les perturbations.



Les différents visages de la souffrance de l’enfant


Ces perturbations peuvent prendre des formes très variées, parmi lesquelles :

  • Les troubles du sommeil ;
  • Les troubles alimentaires ;
  • Les troubles corporels (eczéma, vomissements, etc.) ;
  • Les troubles organiques (maladie nécessitant une prise en charge médicale) ;
  • L’angoisse ou l’anxiété ;
  • Les troubles comportementaux ;
  • Une agitation psychomotrice ;
  • Des comportements auto ou hétéro agressifs ;
  • Les Troubles de déficit de l’attention / hyperactivité (TDAH) ;
  • Les Troubles du spectre autistique (TSA) ;
  • Les troubles du langage ;
  • Les difficultés scolaires ;
  • Des inhibitions ;
  • Une encoprésie ou une énurésie ;
  • Des troubles du langage ;
  • Une perturbation lié à un événement de vie (deuil, arrivée d’un nouvel enfant dans la fratrie, séparation ou divorce des parents, etc.)

Ces manifestations, inhabituelles chez l’enfant, alertent généralement ses parents. Ces derniers peuvent parfois se sentir démunis face à elles. Quoi qu’il en soit, elles témoignent de l’état de détresse qu’éprouve l’enfant. Pour toutes ces raisons, consulter un psychothérapeute ou un psychanalyste peut constituer le premier pas vers un apaisement de ces souffrances.


Paris, le 4 décembre 2019
Chloé Blachère