Partager son quotidien dans un espace restreint avec son partenaire peut se révéler être une expérience positive comme entraîner un certains nombre de difficultés.



En effet, sans possibilité de trouver refuge à l’extérieur ou tout simplement de diversifier ses lieux de vie, certains travers de la relation de couple peuvent se voir exacerbés et prendre une tournure des plus difficiles.



Partager un espace clos, gérer les taches ménagères, les repas, les enfants lorsqu’il y en a, la vie de couple, la sexualité, les temps de solitude nécessaires à chacun, le travail… le quotidien peut vite devenir un casse-tête et venir mettre en lumière des fonctionnements acceptés ou tout du moins non questionnés jusque-là.



Avec le confinement, la Chine a vu son nombre de divorces augmenter, révélant la difficulté inhérente au vivre ensemble, à faire couple.
Si deux êtres peuvent choisir de construire ensemble, avec écoute et attention, avec bienveillance et respect, avec souplesse et tenue, ce fragile équilibre toujours remis à l’épreuve peut au contraire devenir pour d’autres le lieu de tensions, de colères et de rancœurs, d’animosité pouvant aller jusqu’à la violence, physique ou morale.



Dans le huit-clos de la quarantaine, les issues à de telles situations peuvent se voir amenuisées. Pourtant, un certain nombre d’espaces et de dispositifs ont su se réorganiser pour que les difficultés vécues au sein du couple et de l’intimité conjugale puissent être parlées, dénoncées, transformées, condamnées lorsqu’il y a lieu. Parmi ces espaces, certains psychologues psychothérapeutes, forts d’une expérience clinique par téléphone qui précède la situation exceptionnelle de confinement que nous vivons, mettent à disposition leur savoir-faire.



Si vous vous trouvez dans de telles difficultés avec votre partenaire, il est donc possible de consulter sans attendre en appelant par téléphone. Cette démarche constitue le premier pas d’une construction alternative, dans le refus du non respect et de la violence.


Chloé Blachère

Psychologue clinicienne et psychothérapeute

Paris 18è et Paris 9è