L’hypocondrie est à distinguer de la nosophobie. L’hypocondrie est à rattacher à une peur intense d’être atteint d’une maladie, le plus souvent grave. Cette peur peut même devenir pour certains une certitude. Elle devient rapidement envahissante et pousse à consulter des professionnels de santé qui, ne posant pas le diagnostic attendu, se multiplient. Naviguant entre généralistes et spécialistes, aucun médecin ne semble suffisamment compétent pour nommer la maladie pressentie par le patient.


Car si les examens médicaux ne révèlent pas de problème de santé particulier, les douleurs ou sensations ressenties par le patient hypocondriaque sont pour lui bien réelles. Il s’agit en fait d’une angoisse convertie sur le corps.

Dans le contexte de la crise sanitaire actuelle que nous vivons, il peut être particulièrement difficile pour certaines personnes hypocondriaques de faire la distinction entre des symptômes d’angoisse manifestés par le corps et les symptômes du virus Covid-19. Cette confusion peut produire un véritable sentiment de panique qui rapidement le déborde, pouvant produire une augmentation caractérisée des symptômes similaires à ceux que produit le coronavirus.


Alors comment faire la part des choses ? Comment distinguer les symptômes psychiques de symptômes physiques ? Comment savoir si le traitement doit être médical ou psychique ?



Les recommandations gouvernementales sont claires : si des symptômes du coronavirus sont ressentis, la priorité est de contacter son médecin généraliste. En effet, lui seul a la compétence, par son examen médical, de déterminer s’il s’agit bien du virus et si des examens complémentaires sont requis. Si les symptômes observés par le patient lui-même sont aigus, il y a également la possibilité d’appeler le SAMU (15) comme pour toute situation d’urgence vitale. Le gouvernement a également mis en place un numéro d’urgence spécial Covid-19 pour les questions non médicales, afin de permettre de désengorger le SAMU. Il s’agit du 0800 130 000 (numéro vert).
Lorsque l’un de ces professionnels de médecine, après examen, indique qu’il ne s’agit pas du Covid-19, il est possible que l’apparition de symptômes dans le corps trouve sa source dans une angoisse tenue inconsciente et qui trouve à s’exprimer au travers de ces manifestations corporelles. Ces symptômes ont alors une fonction de dire une souffrance psychique qui ne l’est pas.



Rencontrer un psychothérapeute ou un psychanalyste offre la possibilité que cette souffrance puisse se dire et ainsi, de découvrir ce que cachent ces symptômes physiques.
Durant le temps du confinement, il est possible de commencer ce travail par téléphone. Ce si cette quarantaine impose une forme de suspens dans nos activités habituelles, la vie psychique, elle, ne connaît pas de répit.